Enfin le dégel ?

samedi 19 mars 2016
par  Webmestre FSU
popularité : 21%

La FSU revendique une vraie revalorisation et un plan de rattrapage des salaires dans la fonction publique.

Pourquoi augmenter les salaires des fonctionnaires ?

➢Les salaires des fonctionnaires sont calculés à partir d’un point d’indice.
La valeur du point d’indice est gelé depuis 2010.
Les agents de la Fonction publique ont perdu 7 à 8% de leur pouvoir d’achat depuis 2010.

➢La valeur du point d’indice a décroché depuis plus longtemps encore, par rapport
au coût de la vie : la perte de pouvoir d’achat depuis 2000 équivaut à près de 2
mois de salaires en moins, par an.

➢La très grande majorité des fonctionnaires ont des salaires moyen ou bas (1 agent sur 5 est au SMIC).
Augmenter leur pouvoir d’achat favoriserait une relance de la demande, bénéfique pour
l’ensemble de l’économie.

➔Ce que propose le gouvernement n’est pas à la hauteur (+1,2% en 2 fois
 : 0,6% en juillet 2016,0,6% en février 2017). L’enjeu, c’est la reconnaissance du travail des fonctionnaires et du service public. La FSU revendique donc une vraie revalorisation du point d’indice des fonctionnaires, avec des mesures immédiates fortes et un plan de rattrapage pour les années à venir.

Augmenter les salaires des fonctionnaires, c’est possible.

➢Une augmentation de 1% du point d’indice, pour les 3 fonctions publiques (d’Etat, territoriale et hospitalière) représente moins de 2 milliards d’euros (source : cour des comptes).

➢Il faut comparer ce chiffre avec d’autres coûts :
- 50 milliards d’euros pour les derniers dispositifs gouvernementaux de baisses de cotisations pour les entreprises (CICE et « pacte de responsabilité »)... qui ne font pas baisser le chômage.

- Les « niches » fiscale constituent un manque considérable pour le budget de ’Etat
 : plus de 80 milliards d’euros en 2015 par exemple (sources officielles).

- L’évasion fiscale représenterait, chaque année, au moins 30 à 50 milliards d’euros (rapport du Sénat de 2012), voire même 60 à 80 milliards (selon le syndicat Solidaires-Finances publiques).

➔Un rattrapage des salaires dans l’ensemble de la fonction publique
serait donc un investissement tout à fait maîtrisable, et pourrait être lié à une vraie réforme fiscale, plus juste.

Les intérêts des salariés du public et du privé ne sont pas opposés.

➢Les fonctionnaires subissent une politique d’austérité, socialement injuste, économiquement inefficace. Tous les salariés, les retraités, les chômeurs sont aussi victimes de cette politique.

➢L’ensemble du salariat souffre d’un manque de reconnaissance et de revalorisation du Travail. Défendre les salaires, dans le public comme dans le privé, c’est le même combat.

➢Les mesures prises contre l’un des secteurs préparent souvent des reculs dans l’autre.

C’est pour exiger maintenant l’élaboration d’un plan de rattrapage
que la FSU appelle les agents à exprimer cette revendication le 22
mars dans tous les territoires selon des modalités diversifiées.

Un préavis de grève national a été déposé par la FSU, couvrant tous les agents.{{}}

A Reims, mardi 22 mars, rassemblement à 10h devant la maison des syndicats.


Contact

FSU 52 - Haute-Marne


46 rue Victoire de la Marne
52 000 Chaumont


Tél : 07 81 21 94 68
Mél : fsu52@fsu.fr


Secrétaires départementaux :
Cathy Jacques et Alexandre Bally